Noël 2018 est sous le signe d’une expérimentation-formation à l’impression 3D.
Vais-je devenir un As de l’impression 3D ? C’est l’objectif que je me suis donné.
Voici un retour d’expérience et des conseils pour une première utilisation…

Le matériel 3D

N’y connaissant rien en matière d’impression 3D, j’ai suivi les conseils avisés de l’Amie Héliox dont la chaîne Youtube est très riche de vidéos instructives sur le sujet. Héliox est une jeune femme passionnée qui fait des vidéos de qualité : les explications sont claires, précises et engageantes.

Les imprimantes 3D sont nombreuses dans les catalogues de nos fournisseurs mais il y en a une qui est vraiment exceptionnelle, à prix très très intéressant au regard de la qualité d’exécution. Il s’agit de l’Alfawise U20, voyez un peu son fonctionnement :

De conception plutôt solide, elle est montée à la livraison ce qui est rassurant et évite de faire des erreurs. Il reste juste à emboîter quelques éléments et les câbles à marcher car elle arrive à plat dans son gros carton.

Montage des éléments

Alfawise U20 est un modèle complet. Contrairement à Héliox, j’ai reçu la machine en parfait état sans devoir compléter le montage en dehors des choses prévues. L’ensemble ressemble à un gros mécano comprenant le cadre métallique et son moteur (Z) pour une hauteur de 40 cm. Le plateau chauffant qui bouge (en X,Y) est composé d’une vitre d’accroche spéciale. L’ensemble est raccordé à l’électronique intégrée et son écran tactile en couleur permettant la lecture d’une carte micro-SD (fournie). Les outils de montage ne sont pas oubliés (spatule, clés alênes, pince coupante, …). Une clé USB comporte le driver pour un pilotage PC, des fichiers exemples pour s’entraîner sont proposés (bof…quant à la pertinence du choix), une ancienne version de CURA qui créé les fichiers G-Code d’impression, la notice de montage (en anglais) et des astuces d’utilisation.

Pour le montage, j’ai préféré faire confiance à Héliox avec sa vidéo très documentée étape après étape.

J’ai complété les manques par la lecture de la notice PDF contenu sur la clé USB.

L’opération la plus importante en fin de montage est d’effectuer le nivelage du plateau. Non pas en utilisant un niveau à bulle comme on le ferait en bricolage mais en vérifiant que le déplacement de la tête d’impression permettra à cette dernière de garder un espace nécessaire pour déposer le filament plastique de façon régulière et précise sur le plateau. La méthode est importante, il en va de la bonne réussite de vos impressions !

Réglages préliminaires

Ne cassons pas la machine ni le plateau sans procéder à quelques réglages avant de commencer nos premiers essais. Voici la méthode simple et indispensable pour effectuer le nivelage du plateau :

  • la tête (buse) est en position [x ; y] = 0 ; 0 (position initiale)
  • j’ai placé sous la buse un bout d’une feuille de papier A4 (d’imprimante ordinaire) en la gardent dans la main par l’autre extrémité.
  • je déplace la feuille de papier et cette dernière doit pouvoir bouger sans être pincé par la buse, sinon il faut régler la vis sous le plateau. A l’inverse, si l’espace est trop grand entre plateau et la buse, la feuille est libre mais ne frotte plus la buse. Il faut donc réduire l’espace en utilisant la vis sous le plateau.
  • On déplace le plateau afin que la buse soit sur une autre extrémité du plateau (oui, oui, il y a 4 angles à un plateau) et on répète l’opération afin de trouver le juste espacement entre la buse et le plateau. N’hésitez pas à refaire la manipulation autant de fois que nécessaire. C’est très important. Normalement cela ne bouge pas sinon il faut vérifier de temps en temps. Voici en vidéo l’explication donnée (minute -> 5:50).

La clé USB …

Alfawise fourni une clé USB adaptateur et sa carte micro SD comportant des dossiers des pilotes, des fichiers G-Code exemples prêts à réaliser. Le conseil est de commencer par faire une copie du contenu de la micro-SD sur votre ordinateur pour en garder une archive originale exploitable si un problème arrive. Dans un second temps, il est préférable d’utiliser une carte micro-SD différente sur laquelle vous mettrez vos futurs travaux à transférer vers l’imprimante 3 D. Le formatage de votre carte micro-SD vierge sera à faire en FAT32 avec Windows.

Firmware

Quand on achète l’imprimante 3D, sans expérience de cette technologie, de nombreuses erreurs sont faites et les résultats ne sont pas toujours probants dès les premières impressions. Ne mettez pas en cause la machine et son électronique embarqué. Les causes peuvent être multiples : de mauvais fichiers, des paramètres mal maîtrisés. En bon débutant, on a envie de mettre à jour le firmware comme le propose certains internautes avec l’espoir de tout résoudre. Je déconseille cette manipulation scabreuse et irréversible. Le firmware d’origine n’étant pas fourni il sera difficile de faire marche arrière.

Mieux vaut parfaire sa propre maîtrise de l’outil avant de changer la configuration de ce dernier.

Les Logiciels

Pour débuter, des logiciels sont fournies. Tout d’abord le driver (pilote) de l’Alfawise U20 est à installer uniquement pour un usage en pilotage direct avec l’ordinateur. Je n’ai pas validé cette technique car l’utilisation directe avec une carte micro-SD – à la place du PC – est tout aussi simple et présente un intérêt non négligeable en cas de coupure de courant. En effet, la machine est capable de gérer la reprise de son impression 3D toute seule ce qui ne serait pas le cas avec un pilotage depuis un PC. De plus, une impression peut durer plusieurs heures selon la pièce à réaliser… pourquoi mobiliser si longtemps l’ordinateur à cette tâche  ?

Alfawise fourni un logiciel Gratuit et open-source créé par David Braam et repris par Ultimaker, une société de fabrication d’imprimantes 3D, qui assure la maintenance du logiciel. Ainsi, sur la clé USB de notre package, on trouve le logiciel CURA en version ancienne (15.x fournie avec l’imprimante) pourtant l’éditeur propose une autre version plus récente sur le web (version 3.x, la numérotation ne suit pas l’ancienne). La version ancienne est très performante et je trouve que pour un débutant, elle permet des réglages bien plus accessibles que la version moderne. Restons donc avec CURA 15.x !

Pour que le lecteur soit éclairé, il faut rentrer dans un détail technique dès maintenant en expliquant que l’impression 3D nécessite un dessin numérique en 3 dimensions. Ce dessin est un fichier type STL qui donne l’aspect 3D à l’oeil comme ceci :

[photo]

Un fois le modèle  3D réalisé, il faut un logiciel qui va découper cette forme en tranches que l’on appelle “couches” et en même temps créer un fichier type G-Code qui est le langage de l’imprimante. C’est le travail de CURA. En résumé : CURA lit un fichier STL et le converti en G-Code.

et si nous passions à la pratique ?

L’As de l’impression 3D

L'as de l'impression 3D